Depuis près de 3000 ans, le Aito ma’ohi s’est forgé une réputation de guerrier exemplaire. Courage, force, abnégation, tant de valeurs qui se transmettent à Tahiti, de générations en générations.
Le « Aito » est omniprésent dans la culture polynésienne. Au-delà de sa nature première, chaque année, en Polynésie, les guerriers se distinguent dans de nombreuses disciplines.

Photo: Rurutu, petite île des Australes à 570 km au sud de Tahiti. Pendant le Tere, (fête traditionnelle de janvier) les Aito testent leurs forces en soulevant des pierres pouvant peser jusqu’à 140 kg.

Photo: Les courses de porteurs de fruits du Heiva. Les aito portent des charges de 30 à 50 kg sur une distance de 2 km en un temps record.

Le Heiva est également une fête traditionnelle. Courses de pirogues, lancer de javelots, danses, démonstrations d’artisanat, concerts et courses de porteurs de fruits rythment les mois de juillet à Tahiti et dans ses archipels.

Mais c’est sans nul doute que la légende des Aito (à lire ici) naquit avec le va’a (pirogue).
De nombreuses courses ont lieu chaque année en Polynésie, dont l’une des plus prestigieuses, l’Hawaiki Nui Va’a, une course inter-îles. Une distance de 125 km en moins de 10 heures répartie sur 3 jours, reliant les îles Huahine, Raiatea, Tahaa, pour une arrivée dans le magnifique lagon de Bora Bora.

Les Aito sont également très présents dans la danse polynésienne. En vidéo ci-dessus, l’excellent groupe Takitoa des îles marquises.
Le but de ces danses guerrières étaient, à l’origine, de déstabiliser les ennemis par la peur; tatouages, haka, percussions résonnantes, une technique psychologique très efficace. Mais au-delà de cet aspect psychologique, leurs forces innées et leurs armes taillées dans le bois de fer, en faisaient des guerriers redoutables.

Chaque année, ils sont très nombreux à intégrer l’armée. Appréciés de tous, de part leur culture et leurs traditions, c’est avec fierté et honneur qu’ils servent sous le drapeau français.

Si vous avez passé quelques années dans l’institution, des souvenirs d’un barbecue rythmé aux sons des ukuleles devraient sûrement vous revenir en mémoire…

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here