Jusqu’au 20 juin 2011, le fort des Sauvages était situé à Taravao, à la presqu’île de Tahiti, « Tahiti iti » ou « petit Tahiti ». Il a été fermé suite aux réformes budgétaires de la défense et demeure vide depuis cette date.

LE FORT DE TARAVAO

Il a été construit en 1843 sur ordre du gouverneur militaire Bruat afin de contenir les rebelles tahitiens de la presqu’île. C’est le capitaine d’état major Mariani qui en reçoit le commandement.

En 1848, le calme est revenu sur la presqu’île, les marsouins quittent le fort. Lors de la seconde guerre mondiale, il servira de prison pour les ressortissants allemands de Tahiti, puis d’hôpital.

LE BATAILLON D’INFANTERIE DE MARINE DE TAHITI (BIMaT)

                    C’est en 1962 que les travaux de remise en condition du fort débutent sous la supervision du chef de bataillon Delayen. Le  31 mai 1963, la première compagnie (surnommée « les sauvages »)  du Bataillon d’Infanterie de Marine de Tahiti (BIMAT) s’installe dans leur nouveau quartier de Taravao.

Depuis cette date, se sont des générations de militaires originaires de Tahiti ou de métropole, qui s’y sont succédés.

POURQUOI « LES SAUVAGES »?

LE BATAILLON D’INFANTERIE DE MARINE DU PACIFIQUE (RIMaP)

                            Le Régiment d’Infanterie de Marine du Pacifique Polynésie est le digne héritier du prestigieux Bataillon d’Infanterie de Marine du Pacifique qui se fit connaitre lors de la 2ème guerre mondiale notamment lors des combats de Bir Hakeim en 1942 puis au cours des campagnes d’Italie et de France.

C’est en janvier 1963 qu’il prend l’appellation Bataillon d’Infanterie de Marine de Tahiti puis, en juillet 1981 devient Régiment d’Infanterie de Marine du Pacifique Polynésie.

Lorsque la 1ère compagnie s’est installée au fort de Taravao en 1963, les environs étaient encore vierge, isolés, loin de toute civilisation et des autres compagnies du RIMaP basées à Arue (à plus de 50 km). Les entrainements y étaient extrêmement rudes sous la chaleur tropicale.

ORGANISATION DU RIMaP-P

(source troupes de marine)

                                  La 1er compagnie de combat (« les sauvages ») : compagnie permanente qui constitue l’essentiel de la réserve opérationnelle terrestre de la Polynésie. Elle est susceptible de remplir tous les types de missions de combat.

Cinq compagnies basées à Arue dans la caserne « Lieutenant-colonel Broche »:

  • la 2ème compagnie tournante : cette compagnie relevée tous les quatre mois par des unités venues de métropole, est en mesure de remplir des missions de sûreté.
  • La 3ème compagnie de réserve : cette unité est entièrement polynésienne armée par des militaires de réserve issus pour l’essentiel du RIMaP-P .
  • La Compagnie de Commandement et de Logistique (CCL) : cette unité est chargée d’armer le poste de commandement et d’assurer la logistique du régiment.
  • La Compagnie de Maintenance Régimentaire (CMR) : cette unité est chargée du soutien de l’ensemble du parc des matériels du corps.
  • La Compagnie de Quartier Général (CQG) : cette unité est chargée de l’administration du personnel de l’armée de terre servant en Polynésie française.
  • Enfin deux sections tournantes du génie-travaux : elles seront chargées des grands chantiers de coopération réalisés antérieurement par le 5éme RE dissout depuis le mois de juin 2000. Elle sont en principe mise en place depuis le 1er janvier 2001.

Est rattaché à la CCL le Centre d’Aguerrissement à l’Outre- Mer (CAOM), qui comprend :

  1. le Centre d’Instruction aux Techniques de Franchissement (CITF) à Fare Rau Ape
  2. le Centre d’Instruction Nautique (CIN) à Tautira.

Enfin, sont placés sous la responsabilité du RIMaP-P :

  • le champ de tir du Faaone,
  • le dépôt de munitions et le groupe canin de Papeari.

QUELLES ETAIENT LES MISSIONS DU RIMaP-P ?

(source troupes de marine)

                                Le RIMaP-P constituait la seule force terrestre dont dispose le COMSUP (COMmandement SUPérieur de Tahiti) pour lui permettre de manifester explicitement la volonté nationale de souveraineté sur l’ensemble de la Polynésie française. Sa zone d’action s’étend à tout le territoire, des Marquises aux Australes, des Tuamotu-Gambier aux îles de la Société. Le régiment remplit quatre missions majeures :

  • il est régulièrement déployé dans les archipels à l’occasion des missions de présence et des exercices du niveau régiment ou compagnie, grâce aux moyens de projection mis en oeuvre par la marine ou l’armée de l’air ;
  • le régiment est également appelé à intervenir au profit des populations à la suite d’accidents ou de catastrophes naturelles (inondations, cyclones…) ;
  • il a repris à son compte les missions auparavant dévolues au 5°RE : garde de l’atoll de Moruroa et poursuite des grands chantiers de coopération;
  • enfin, le RIMaP-P administre et soutien l’ensemble du personnel de l’armée de terre présent en Polynésie française (hors GSMA).

2 COMMENTAIRES

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here